LEVALLOIS : LES SYNDICATS ACCUSENT LES BALKANY D’UTILISER DES POLICIERS MUNICIPAUX COMME CHAUFFEURS

Publié le par BALKALAND.FR

 
LEVALLOIS : LES SYNDICATS ACCUSENT LES BALKANY D’UTILISER DES POLICIERS MUNICIPAUX COMME CHAUFFEURS
police-municipale-levallois-perret-GOOGLE-STREET-VIEW-93062
 
 
Des syndicats de policiers municipaux USSPM et SNPM-FO ont alerté le parquet de Nanterre sur de possibles dérives au sein de la police municipale de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), relançant une enquête ouverte en mai, a indiqué vendredi le parquet, confirmant des informations de presse. 
 
 
Des nouveaux éléments ont été apportés en décembre par les syndicats policiers aux magistrats chargés de l’enquête préliminaire. Deux policiers municipaux servent de chauffeurs personnels au couple Balkany, sans avoir été formellement détachés de leur service. « Je ne vois pas le problème, ils sont effectivement affectés au maire, enfin au cabinet, et lui servent de chauffeurs », rétorque Isabelle Balkany. « Ca nous évite de nous tamponner des gardes du corps ».
 
«Ces éléments nouveaux portés à la connaissance du parquet méritent une vérification»
, a indiqué le procureur Robert Gelli. Contactée par l’AFP, Isabelle Balkany dément toute dérive, estimant qu’il s’agit d’un «règlement de comptes entre le syndicat SNPM-FO et le directeur de la police municipale».
 
RAPPEL :
 
 
Condamné en 1996 à 15 mois de prison avec sursis, 200 000 francs d’amende et deux ans d’inégibilité, Patrick Balkany s’exile à Saint-Martin pour « chercher la paix et se faire oublier ». Le Maire avait rémunéré au frais du contribuable trois personnes désignées comme des employées municipaux, mais qui ne s’occupaient que de son logement et de sa résidence secondaire entre 1985 et 1995.
 
La Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France condamne alors l’ancien maire et son épouse à rembourser à la ville, le montant des salaires des employés.
 
Redevable à la municipalité de Levallois-Perret des intérêts que les juges ont fait courir à partir du licenciement des trois employés communaux, soit un montant supérieur à 230 000 euros, en 2007. ce montant n’a toujours pas été réglé par les BALKANY.
 
 
 
Les syndicats font état aussi d’agents qui exerceraient leurs missions sans être agréés ni assermentés, d’enregistrements de conversations téléphoniques sortantes non déclarées à la Cnil (commission nationale de l’informatique et des libertés),
 
"Depuis un an et demi, il a été dit que les appels sortants seraient enregistrés". - Au-delà de cette bataille de syndicats, certains points demeurent troublants. Concernant les écoutes, s’il est possible d’enregistrer des appels entrants, tous les appels sortants doivent être obligatoirement déclarés auprès de la Cnil. Ce qui n’avait pas été fait avant la publication de l’article de Mediapart. Or, selon nos informations, le dossier aurait été reçu à la Cnil le 3 janvier, jour de la publication de l’article.
 
Bertrand Percie du Sert, maire adjoint en charge des questions de sécurité,
 
«Il s’agit là d’un problème technique. Quand les appels entrants ont été enregistrés, les appels sortants l’ont été aussi mais ce n’était pas volontaire», Et d’ajouter: «Il y a eu un retard administratif à la Cnil. Mais le dossier a été signé il y a 15 jours avec l’accord de la Cnil.»
 
 
 

Commenter cet article