LEVALLOIS : LA POLICE NATIONALE DEBARQUE A LA MAIRIE

Publié le par BALKALAND.FR

LEVALLOIS : LA POLICE NATIONALE DEBARQUE A LA MAIRIE

 

Après que la Police Municiaple de la Ville de Levallois dénonce les "dérives" , c'est la police nationale qui débarque ce jour à la Mairie de Levallois Perret ,dont le Député Maire est Patrick BALKANY.

 

Selon le site médiapart c'est à la demande du nouveau Procureur de Nanterre, Robert GELLI, que s'ouvre cette enquête préliminaire.

 

Ce dernier succède au juge "controversé" et proche de Nicolas SARKOZY : Philippe COURROYE.

 

AYRAUL~1

 

 

Des policiers ont “visité” la mairie de

 

Patrick Balkany

 

 

PAR MATHILDE MATHIEU ET LOUISE FESSARD

 

ARTICLE PUBLIÉ LE VENDREDI 8 FÉVRIER 2013

 

 

 

D'après nos informations, la mairie de Patrick Balkany à Levallois-Perret a reçu, le 16 janvier dernier, la visite

de policiers qui opéraient dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre sur les

dérives au sein de la police municipale. Initiée en mai dernier, cette enquête a été relancée en décembre 2012 par le nouveau procureur de Nanterre, Robert Gelli, le successeur de Philippe Courroye

Début janvier, plusieurs policiers municipaux soutenus par les syndicats SNPM-FO et USPPM avaient fait grève sous les fenêtres de Patrick Balkany pour dénoncer     

une direction autocratique »  et pointer, entre autres griefs, la mise en place d'écoutes illégales sur certains de leurs appels téléphoniques sortants, émis depuis leur central.

 

Le 16 janvier, ce sont d'ailleurs des   

"éléments  techniques ayant trait à l'enregistrement de  conversations » 

 

, qui ont été récupérés par les enquêteurs dans les locaux de la mairie de Levallois, précise le parquet de Nanterre à Mediapart.

 

Dans notre article, nous avions démontré que les écoutes effectuées sur les “appels sortants” de la police municipale n'avaient jamais été déclarés à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), comme l'exige la loi.

 

Si Patrick Balkany a toujours refusé de nous répondre sur le sujet, il a été contraint de réagir dans le dernier numéro du journal de la ville. Tout en dénonçant des       

"balivernes » , le maire y concède l'existence   d'un problème :  

« Il semble qu'une déclaration

administrative complémentaire, omise par l'ancienne

 

direction de la Police municipale, aurait dû être

 

effectuée auprès de la CNIL, ce qui a naturellement été

 

fait. »

 

Naturellement ? Disons plutôt en catastrophe, le 2 janvier, le jour où Mediapart a questionné la mairie   sur le sujet.

 

Interrogée par nos soins à l'époque, la CNIL nous  avaient confirmé que les écoutes réalisées sur les “appels sortants” avant le 2 janvier 2013 n'avaient

« pas de fondement juridique » 

 

WWW.BALKALAND.FR

 

 

 

 

Commenter cet article