Balkany bâillone la musique libre

Publié le par balkaland

Balkany bâillone la musique libre

http://20minutes.neuillybondyblog.fr/news/balkany-baillone-la-musique-libre
Vendredi 20/06/2008
| Posté par Marlène Schiappa

Approche originale de la fête de la musique, à Levallois : une association musicale de 24 ans d'ancienneté, qui a bénéficié à plus de 2000 familles, expulsée de son local. Au profit de Mathieu Gonet, l'ex-prof de la Star Ac.

Levallois :  55 000 habitants, filmés 24h/24 par 84 caméras municipales…  Ici, on est très « people ». L’année denrière, Secret Story aurait pu être rebaptisé Levallois’Story puisque la ville a fourni la moitié de ses candidats à l’émission de télé-réalité : le fils d’Henri Leconte, Xavier, Tatiana, venaient de la commune. Depuis peu, c’est Mathieu Gonet (l’ex-prof de piano de la Star Ac) qui a été nommé directeur adjoint du nouveau Conservatoire.

Dans cette ambiance TF1, une association résiste encore et toujours, depuis 24 ans : Musique en Liberté fédère des élèves musiciens autour de ses 17 professeurs. Mais Stéphane Decreps, adjoint au maire en charge des affaires culturelles, les a informés par courrier que le local de leur association ne serait plus mis à leur disposition. C’est un drame pour Musique en liberté, qui, sans lieu pour donner ses cours, se retrouverait SDF, contraint de licencier ses 17 enseignants, et à terme, disparaîtrait.

«  Une offre musicale non discriminatoire »

Christophe Gregorio nous explique : « Je suis adhérent de cette association. Mon fils de 14 ans a passé plusieurs années au Conservatoire, puis il en est parti pour intégrer Musique en Liberté. Pourquoi ce départ ? Pour passer d’une structure sélective à une structure où on apprend la musique. L’enseignement est de grande qualité, et l’association véhicule aussi des valeurs. L’offre de MEL est non discriminatoire, elle accueille des enfants différents. » Ces enfants différents, par exemple, ce sont des enfants avec un handicap, critère qui leur barre l’entrée au Conservatoire.

« Balkany veut avoir le monopole de la culture »

Robin est un Levalloisien de 23 ans, qui défend la pluralité associative, scandalisé par « l'absence de démocratie locale à Levallois. Le maire a été élu - par un peu plus de 25% des inscrits, rappelons-le... - donc la ville c'est lui, les autres n'ont rien à dire. Ca s'applique à la politique, mais aussi aux associations, au sport, à la culture. Les autres associations qui prétendent faire de la musique sont vues comme une concurrence, et Monsieur Balkany voudrait avoir le monopole de l'enseignement musical. Pour que chaque parent inscrivant leur enfant à une activité musicale n'ait d'autres choix que de dire "c'est bien ce qu'il fait ce Balkany"... et accessoirement vote pour lui le prochain coup ! Oui, je pense que s'il est toujours réélu malgré ses frasques, c'est à force de municipalisations, toute activité doit être associée à son nom et à ses œuvres, comme le Conservatoire. On assiste à une municipalisation de la culture tout comme on a vu la municipalisation du sport avec le Levallois Sporting Club... »

« Sauvez Perret ! »

« Ce combat s'inscrit pour moi dans la même ligne que l'action "Sauvez Théo". Il s'agit de sauver le Levallois non balkanyste - certains disent désormais "sauvez Perret" en faisant allusion à la deuxième partie du nom de la ville que Balkany veut officiellement supprimer, symbolisant la volonté de supprimer une partie de la ville et de n'en garder que SA trace...- MEL, c'est un conservatoire pour les exclus du conservatoire, mais en plus convivial et non contrôlé. Une association pour ceux qui veulent faire de la musique après l'école ou le travail pour se détendre et s'exprimer par l'art, et non pour savoir qui aura son examen à la fin de l'année. Le système Conservatoire peut convenir à certaines personnes, à d'autres non, c'est un choix de plus que l'on supprime aux Levalloisiens. »

J’interroge Christophe Gregorio sur le « cumul » de Francis Bardot (aucun rapport avec Brigitte à ma connaissance) qui est Directeur du Conservatoire, mais aussi Directeur des affaires culturelles de la mairie. « Je ne connais aucune autre municipalité où une seule personne est à la fois garante de la diversité de l’offre culturelle, et directeur d’un objet de cette offre. Ce n’est pas un complot, non, même si on sait depuis longtemps qu’à Levallois, la démocratie est contrôlée… mais c’est juste une décision stupide ! » Caroline Cordier, Vice-présidente de l’Association précise même: « Monsieur Bardot, avec lequel nous entretenons de bonnes relations depuis sa nomination, est un interlocuteur attentif aux besoins  divers de la population levalloisienne, et un humaniste. »

« La mairie a demandé le fichiers des adhérents à l’Association »

La mairie a proposé à MEL d’être intégrée au conservatoire. « C’est inenvisageable : pourquoi des élèves qui ont quitté le conservatoire ou qui ne pourront pas passer les tests d’entrée voudraient-ils y retourner ? Les professeurs ne répondent pas non plus tous aux critères du Conservatoire. De plus, la condition posée par la Mairie est que l’association transmette son fichier d’adhérents ! Chose interdite par la CNIL ! » explique Christophe Gregorio. La mairie semble patiner dans ses prises de décisions. « Ils sont étonnés de la levée de boucliers que cela sucite ! Sur le marché, même des balkanystes, des gens que j’ai vu pendant la campagne avec la sweat bleu et le badge*, ont signé la pétition ! »

Hasard ou coincidence ? C’est pile en ce moment que Mathieu Gonet lance un grand « casting » annoncé à coups de pubs dans Info Levallois pour trouver de nouveaux talents à « Star Académiser », à l’occasion de l’ouverture de son pôle Musiques actuelles (variétoche à la sauce TF1).

Rendez-vous samedi matin pour la fête de la musique…

Une nouvelle affaire qui tombe plutôt mal pour la mairie, au moment ou Olivier Rey, adjoint au maire, vient d’être condamné pour « dégradation de biens d’autrui en raison de la religion, menace de mort en raison de la religion, violence en raison de la religion, (…)  menace et acte d’intimidation », et où le Parisien du 16 juin dernier révèle que Jean-Yves Cavallini, adjoint au maire, vice-président de la SEMARELP, bénéficie d'un logement social depuis 1986, un duplex de 180 m 2, pour un loyer de 859 euros !

Samedi matin, pour la fête de la musique, Musique en Liberté entend se rassembler dans les jardins de l’Hotel de ville, en t-shirt blancs, et avec instruments… Un réveil loin de l’ambiance « L’Ami Ricorée » mais pour une fois, ça nous changera un peu de  la fanfare militaire, qui a la facheuse tendance à défiler le dimanche matin sous mes fenetres, sans aucune pitié pour la France qui se couche tard…

Marlène Schiappa

Crédit photos:
Danièle Zélic

Marlène Schiappa -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article