Isabelle BALKANY "COACHE" Jean SARKOZY

Publié le par balkaland

http://www.denistouret.net/constit/Balkany_Patrick.html#13%20juin%202008%20pour%20Jean

UMP
Les ambitions de Jean Sarkozy Le Parisien Martine Chevalet avec Christine Henry vendredi 13 juin 2008 p. 6

IL A décidément beaucoup d'ambition !
Elu conseiller général de Neuilly en mars dernier, puis patron de la fédération UMP de la ville quelques semaines plus tard, Jean Sarkozy a adressé, hier, une lettre aux conseillers généraux de la majorité UMP-Nouveau Centre des Hauts-de-Seine pour annoncer sa candidature à la présidence du groupe majoritaire.
Celle-ci est vacante depuis les municipales, le sortant Jean-Jacques Guillet (UMP), élu maire de Chaville, ayant été touché par le cumul des mandats.
C'est le maire Nouveau Centre de Meudon, Hervé Marseille, soutenu par Devedjian, qui l'assumait par intérim et faisait figure de favori même si les centristes sont minoritaires (24 UMP pour 4 NC).

 

« Une nouvelle opération pour déstabiliser Devedjian »

 

Le fils du président coupe court à cette ouverture aux centristes : « Notre groupe étant à forte majorité UMP, la gouvernance qui en découlera devra en tenir compte », écrit-il.
Jean Sarkozy ajoute, mystérieux, « certains m'ont demandé d'être candidat ».

 

Son entrée en lice n'est en réalité pas une surprise pour tout le monde. Plusieurs conseillers généraux ont reçu depuis le début de la semaine des appels téléphoniques d'Isabelle Balkany les en informant et faisant valoir qu'il s'agissait d'un souhait de l'Elysée.

 

L'élue de Levallois (et épouse du maire, Patrick Balkany) récemment décorée de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy « coache » le fils du président depuis qu'il est élu mais démentait hier toute implication : « C'est un grand garçon qui a pris sa décision tout seul. Il fera un excellent président de groupe et apportera un souffle de jeunesse et de dynamisme. »

 

Personne n'est toutefois dupe dans les Hauts-de-Seine.
« C'est une nouvelle opération pour déstabiliser Devedjian. Ce que les Balkany n'ont pas réussi en mars avec Alain-Bernard Boulanger (NDLR : ils avaient alors poussé la candidature du maire de Villeneuve-la-Garenne contre Devedjian), ils le tentent à nouveau en utilisant Jean Sarkozy », confie un élu.

 

En mars, la fronde contre Patrick Devedjian s'était soldée par un improbable psychodrame : Isabelle Balkany à qui Devedjian avait menacé de retirer sa vice-présidence avait annoncé, dans un coup de sang, qu'elle quittait le groupe UMP, traitant au passage le président du conseil général de « Mao Tsé-Toung ».
Un « savon » de l'Elysée à Devedjian avait une heure plus tard calmé les esprits et Isabelle Balkany avait finalement conservé sa vice-présidence.

Commenter cet article