LA MALEDICTION DU CONSEIL GENERAL DU 92

Publié le par balkaland

http://levallois2008.typepad.fr/levallois_alternative/canard_enchan/index.html

Un nouveau triangle des Bermudes en Hauts-de-Seine

Le Canard Enchaîné, mercerdi 28 mai 2008

Lajuge d'instruction de Nanterre Patricia Simon et les policiers de la brigade financière commencent à la trouver saumâtre. Il leur suffit d'explorer une nouvelle piste, dans l'affaire des marchés truqués d'informatique du conseil général des Hauts-de-Seine pour qu'aussitôt toutes les preuves s'évanouissent dans la nature.

En témoigne leur dernière mésaventure. L'hiver dernier, les enquêteurs font une trouvaille qui les laisse pantois. Des factures de matériel informatique émises en 2004 et 2005 ont subitement gonflé entre leur réception par les services du conseil général et leur paiement par le Trésor Public des Hauts-de-Seine.

balkany-hauts-de-seine-legion-honneurPar exemple, une note de 7 325,50 euros a donné lieu à un virement de 599 899,51 euros. Soit quatre-vingt-deux fois plus. Une autre de 5 679,37 euros a été multipliée par treize. Quelques factures ont même été payées deux fois et certaines ne correspondent à aucune prestation.
Joints par Le Canard Enchainé, des fonctionnaires du Trésor affirment avoir découvert ailleurs des escroqueries de même nature. Alléchés, les policiers tentent de remonter cette piste prometteuse. Pas de chance: la société qui a bénéficié des versements litigieux a été mise en liquidation au moment  ou l'enquête démarrait . Depuis, son patron a refait sa vie, en créant une nouvelle boite informatique... à Levallois, dans le fief des Balkany
  Une guigne: l'ancien gérant et le comissaire aux comptes de la société mise en cause n'ont conservé pratiquement aucun papier. Les flics se tournent alors vers le conseil général. Véritable coup du sort, la plupart de ces documents ont été "égarés". Un double de la comptabilité a bien été transmis à la chambre régionale des comptes,  mais - pas de bol ! - celle ci a détruit toutes le pièces justificatives après avoir examiné les dépenses du conseil général pour la période 1999-2004...
  Ces disparitions à répetition tournent à l'épidémie. Déjà, en 2006, une perquisition au conseil général n'avait permis de saisir que des ordinateurs néttoyés de toutes les données compromettantes.

  Pourtant, au début de ce printemps, l'espoir renait chez les policiers lorsqu'ils découvrent, après expertise des disques durs, que le coup de gomme informatique remonte au week-end précédant leur descente. Surs de leurs faits, ils retournent donc, le 20 mai dernier, au conseil général pour saisir les cahiers ou sont consignées les rentrées et sorties du personnel le samedi et le dimanche. Mais la "malédiction du 92" a encore frappé: le registre correspondant aux dates recherchées s'est évaporé lui aussi... Encore un effort et les enquêteurs vont découvrir que le conseil générale des Hauts-de-Seine a disparu corps et bien...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article