l'Hôtel de Ville : "réquisitionné pour une cérémonie privée"

Publié le par balkaland

Habitant cherche à louer salons d'honneur de la mairie de Levallois - Le Parisien Edition Nationale 14 avril
Habitant cherche à louer salons d'honneur de la mairie de Levallois

Emeline Cazi

lundi 14 avril 2008 | Le Parisien
LA NOCE était grandiose, mercredi dernier, dans les salons d'honneur de l'hôtel de ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) qui avaient été réquisitionnés, nettoyés et décorés pour l'occasion. En locataires (mais pas propriétaires) des lieux, Patrick et Isabelle Balkany, maire et première adjointe de la ville, mariaient leur fille Vanessa et recevaient leurs 450 invités dans les salons d'honneur. Du coup, l'habitant et contribuable lambda de Levallois se pose une question à laquelle il n'obtient pas facilement la réponse : peut-il, lui aussi, (et à quel prix) installer platines et boules à facettes à la mairie pour marier sa fille ?

Les réponses varient d'un service à l'autre.
« En principe, les salons d'honneur ne sont pas du tout accessibles à la location. Même en tant qu'employé de la ville, on n'y a pas droit » commente-t-on à la direction des affaires générales en ajoutant : « Rien ne vous empêche d'écrire un courrier à Monsieur le Maire en expliquant votre situation. » L'employé semble très réservé sur l'issue de la demande : « Depuis le temps que je travaille ici, je ne les ai jamais vus loués à un particulier. Ou alors à titre exceptionnel, quand les salles réservées étaient en travaux et que les familles se retrouvaient avec un cocktail sur les bras. »

« Louer aux particuliers, c'est du jamais-vu »

On appelle donc la direction de la communication, responsable des réservations de salle. Et là, surprise : la réponse livrée aux journalistes est tout autre. Le directeur adjoint feint même l'étonnement : « Mais oui, bien entendu ! Les particuliers peuvent tout à fait louer les salons d'honneur, de la même manière qu'on les met à disposition des associations. Après, tout dépend des disponibilités. En mai par exemple, l'exposition sur la guerre limite les réservations. » Combien ça coûte ? On promet de nous envoyer les tarifs. Un peu surpris, on rappelle la direction des affaires générales pour s'assurer que l'on parlait bien de la même chose. Réponse : « Vous êtes bien sûr que vous leur avez expliqué que c'était pour un mariage ? Cela m'étonne. Louer aux particuliers, c'est du jamais-vu. » Quant aux tarifs de location, on les attend toujours.

Commenter cet article